Cela fait maintenant une dizaine d’années que le secteur juridique est impacté par la technologie. Que les nouvelles technologies au service du droit, aussi appelées Legaltech, aident les juristes, les avocats ainsi que les entreprises en général à “faire plus avec moins”.

Trouver de l’information juridique plus facilement, automatiser un certain nombre de tâches chronophages, suivre des indicateurs clé pour optimiser les processus contractuels, toutes ces actions se voient simplifiées avec les Legaltech !

La Covid-19 accélère un peu plus cette transformation digitale du droit. Les habitudes de travail sont bousculées avec le travail à distance, ce qui a généré un besoin d’accompagnement de technologie plus fort.

La technologie prend chaque jour plus d’importance, mais que nous réserve-t-elle ? Que pouvons-nous et devons-nous attendre en matière de Legaltech pour les prochaines années ?

Les tendances Legaltech à suivre pour 2021

Une plus grande attention portée à l’expérience client

Toute Legaltech qui rend l’expérience client plus simple, plus fluide et plus transparente augmentera à la fois la quantité et la qualité du business pour les entreprises.

A l’heure où les consommateurs choisissent des expériences fluides avec des applications mobiles comme Deliveroo, Uber ou Spotify… Et où les entreprises font appel à des solutions comme Spendesk, Alan, Swile, la question de l’expérience client et de la facilité d’utilisation d’une solution est plus que jamais cruciale.

Dans ce sens, le recrutement de Product Managers, qui ont comme objectif général de développer et d’améliorer un produit digital, est plus que jamais nécessaire pour une Legaltech. On pensera aussi à intégrer des profils juridiques, capables de comprendre les besoins métier, au sein des équipes.

 

👉 A lire aussi : L’interview de Martin et Justine, juristes de formation et Customer Success Managers

Une intégration facile avec les outils existants

La capacité d’une Legaltech à proposer des intégrations avec les outils que les différents acteurs de l’entreprise utilisent au quotidien permet de fluidifier les échanges entre les équipes, de générer du business plus vite, et est donc attendue au pied levé dans les prochaines années.

Les solutions technologiques des juristes doivent pouvoir être connectées avec les solutions utilisées par les équipes financières, commerciales ou les acheteurs.

Par exemple, les outils CRM comme Salesforce ou HubSpot contiennent les données sur les opportunités commerciales que les équipes ont déjà validées. Mais pour que la vente se concrétise, il faut un contrat.

Et pour ce faire, il faut un échange entre les pôles commercial et juridique. Cela signifie s’appuyer sur les informations des clients, donc communiquer les données au service juridique, ou bien les copier-coller dans des modèles pré-établis pour validation. Ces tâches sont sans valeur ajoutée et représentent une perte de temps, d’autant plus que les risques d’erreurs sont nombreux. Des allers-retours, de la confusion et des retards de signature vont donc de pair avec cette méthode manuelle.

Pour aller plus loin, le contrat une fois signé doit être classé dans le CRM afin de suivre l’exécution de la relation avec le client. Là encore, il y a un risque de perte d’informations qui peut nuire au bon suivi du contrat. On peut donc en déduire que la contractualisation et le suivi du contrat passent par la connexion des outils utilisés par le juridique au CRM de l’équipe commerciale.

 

A lire aussi : Comment vendre votre projet de Legaltech en interne ?

Une possibilité totale de travail à distance

Il est important que les Legaltech soient capables de fournir des solutions qui permettent de travailler à distance entièrement.

De nombreuses entreprises ont adopté une approche « improvisée » de la collaboration, de la mobilité, des réunions virtuelles et du travail à distance. Il s’agit maintenant de réexaminer les outils utilisés par les entreprises pour tirer parti de la technologie et rendre l’expérience plus agréable.

Par exemple, si un collaborateur manipule des documents grâce à une solution Legaltech et qu’il part en vacances ou quitte l’entreprise, que devient-il de ses documents et des données associées ? Les Legaltech doivent pouvoir répondre à leurs impératifs en incluant des fonctionnalités précises qui vont améliorer la gestion quotidienne des utilisateurs, comme la délégation de leurs droits par exemple.

👉 Pour aller plus loin, voici un exemple concret avec notre cas pratique : Fluidifier les échanges Sales & Legal en phase de négociation, l’histoire de Jean Clause et Jean Close

 

Une connexion via le cloud, mais sécurisée !

Le cloud désigne des serveurs accessibles via Internet et des logiciels qui s’exécutent sur ces serveurs. L’avantage principal pour les utilisateurs du cloud est qu’ils n’ont pas besoin de gérer eux-mêmes les serveurs physiques.

Si le cloud séduit de plus en plus, c’est avant tout pour sa facilité d’utilisation. Il suffit d’avoir un accès à Internet pour accéder à la solution, aucune installation n’est nécessaire pour le mettre en place ! De plus, le cloud permet d’accéder à toutes ses données où que l’on soit, ce qui est très précieux aujourd’hui.

En cette période de confinement à répétition, et au vu des transformations des pratiques professionnelles (le télétravail sera très probablement généralisé, même quand la crise sanitaire sera terminée) une Legaltech sur le cloud permet aux professionnels d’accéder à l’ensemble de leurs documents en un clic, sur mobile ou ordinateur.

En revanche, il faudra assurer la sécurité des données. Le cloud jouit aujourd’hui de normes et de mesures de sécurité exigeantes (mesures mises en place au niveau de ses infrastructures, protection du protocole, chiffrement des données, sauvegardes, gestion des droits d’accès). Plus d’informations à ce sujet sont disponibles dans notre article dédié à la protection des données dans le cloud.

Un accent accru sur les données pour le suivi des performances et la rentabilité

La capture de données et la construction de rapports qui identifient quel travail est effectué, par qui et avec quelle efficacité est de plus en plus demandée par les entreprises.

Aujourd’hui, grâce à des KPIs juridiques, on peut évaluer la rentabilité des missions, la productivité des équipes, la performance des actions avec les bons chiffres.

Les solutions technologiques qui permettent non seulement de capturer les données, mais aussi d’élaborer des rapports significatifs et faciles à comprendre pour aider à mesurer ces domaines, contribueront à la prise de décision et à la création d’une entreprise plus rentable.

 

👉 A lire aussi : Le guide pour choisir sa Legaltech en 6 étapes

Une utilisation de l’IA pour plus d’automatisation

Dans beaucoup de secteurs, l’intelligence artificielle, ou IA, est un buzzword dont on ne comprend pas toujours la valeur ajoutée. Mais en matière de Legaltech, c’est une technologie extrêmement utile. Car le domaine juridique est propice à l’automatisation d’un travail “de base”.

L’intelligence artificielle permet d’automatiser un certain nombre de tâches quotidiennes et répétitives, comme le traitement de quantités massives de données.

 

👉 A lire aussi : Comment fonctionne l’intelligence artificielle dans la gestion de contrat ?

 

La concurrence pour atteindre l’efficacité dans le traitement des documents a donné naissance à des Legaltech qui effectuent précisément ce travail. Et c’est rapidement devenu une nécessité pour les cabinets d’avocats et les services juridiques des entreprises de différents secteurs.

Le but n’est pas de remplacer les professionnels, mais bien de les équiper d’outils nécessaires pour faciliter leurs tâches répétitives quotidiennes et de se concentrer ainsi sur des tâches plus spécialisées qui nécessitent leur propre créativité.

En conclusion, l’avenir réserve de très belles choses pour les professionnels du droit et les entreprises !


On vous recommande aussi :

5 bonnes pratiques pour gérer ses contrats fournisseurs à l’aide d’un CLM
Contract Managers : pratiques et perspectives d’avenir
Yousign et Hyperlex organisent un workshop spécial Sales & Legal