Le Financial Times a annoncé au début du mois la création d’un prix pour récompenser et favoriser les plus belles initiatives de collaboration juridique. Les finalistes seront invités à présenter leurs projets ou solutions en fin d’année, et les gagnants seront annoncés début 2022.

Décryptage.

La collaboration, clé de voûte de l’innovation juridique

C’est un fait : les problèmes auxquels est confronté le secteur juridique aujourd’hui ne peuvent pas toujours être résolus par un seul acteur.

C’est pourquoi le programme FT Innovative Lawyers (Financial Times) a créé un prix qui récompense les meilleures initiatives d’innovation juridique. Une seule règle : les projets doivent impliquer au moins trois organisations différentes qui travaillent ensemble.

L’objectif : favoriser l’innovation et la création de projets collaboratifs dans le secteur du droit !

Faire bénéficier tous les acteurs de l’innovation juridique

La technologie juridique (aussi appelée Legaltech) se développe un peu plus chaque année. Elle permet par exemple aux avocats de tirer partie de l’intelligence artificielle pour automatiser des tâches juridiques chronophages, ou de la blockchain dans le cadre des smart contracts.

Cependant, force est de constater que les bénéfices des solutions technologiques sont trop souvent limités aux cabinets d’avocats. La technologie ne bénéficie pas aux clients ou à d’autres acteurs.

Mais le nouveau prix créé par le Financial Times a pour objectif d’inverser la tendance.

Les projets en lice

Voici une sélection de projets des candidats au prix.

Eversheds Sutherland, iManage, OpenText et Opus 2
Le cabinet d’avocats Eversheds Sutherland a proposé d’intégrer ensemble différents logiciels utilisés pendant les procès. Le système permettrait un flux continu de données entre les systèmes, éliminerait le risque d’erreur manuelle et favoriserait l’utilisation de la technologie dans les litiges.

Lupl
Lupl est une Legaltech créée par les cabinets d’avocats internationaux CMS, Cooley et Rajah & Tann. Elle a développé une plateforme collaborative pour les professionnels du droit. L’équipe prévoit de former des fournisseurs de services juridiques et des utilisateurs à la plateforme afin qu’ils puissent collaborer sur des questions juridiques complexes.

OneNDA
Le projet OneNDA vise à créer un accord de confidentialité standard universel, à code source ouvert et gratuit pour les entreprises.

OneNDA a été lancé par les fondateurs de The Law Boutique et compte plus de 700 collaborateurs. Le comité directeur du projet comprend les cabinets d’avocats Allen & Overy, Gilbert + Tobin, Linklaters, Norton Rose Fulbright et Slaughter and May, ainsi que des entreprises comme American Express, Airbus, Barclays, Coca-Cola European Partners et UBS.

En collaboration avec les équipes juridiques des entreprises, The Law Boutique prévoit de développer un outil pour aider les organisations à évaluer les émissions de carbone inhérentes à leurs contrats commerciaux. L’outil aidera les organisations à réduire leur empreinte carbone.

L’université de Hong Kong, HSBC, FedEx Express, Goodman Asia, Angelhub et l’Association of Corporate Counsel Hong Kong
L’équipe d’universitaires et d’entreprises prévoit de développer une plateforme de collaboration en ligne. L’objectif : mettre en relation les services juridiques des entreprises, les étudiants en droit et les start-ups de Lawtech à Hong Kong, afin de concevoir ensemble des solutions technologiques pour les entreprises et les organisations non-gouvernementales.

A lire aussi :
Etat des lieux des Legaltech françaises
Qu’est-ce que le Contract Management ?