Chez Hyperlex, une équipe est dédiée à l’activité de reprise de l’historique contractuel, qui consiste à migrer toutes les données des contrats d’un client dans une base de données sécurisée, fiable et prête à l’emploi. Ce sont les Contracts Analysts !

Ils ont pour objectif de traiter les données contenues dans les contrats pour les exploiter au maximum. Martin Fauvel est responsable de ce pôle. Dans la continuité de notre série d’articles sur les coulisses d’une Legaltech, il nous présente ses missions.

Dans les coulisses d’une Legaltech, Martin Fauvel, Lead Contracts Analyst chez Hyperlex

 

Bonjour Martin. C’est un plaisir de pouvoir t’interviewer aujourd’hui ! Est-ce que tu peux présenter ton parcours ?

Mon parcours mélange le droit et le business : j’ai fait une fac de droit et une école de commerce. J’ai exercé en tant que juriste pendant plus d’un an, puis j’ai été consultant pour les directions juridiques et les cabinets d’avocats.

Je suis arrivé chez Hyperlex en 2019, au sein de l’équipe Customer Success, qui accompagne les clients pour la mise en place de leurs projets.
 
👉 Livre blanc à télécharger : Comment défendre son projet de legaltech en interne ?
 

Récemment tu as changé de poste. Tu étais dans l’équipe Customer Success pendant deux ans, mais aujourd’hui tu es Lead contracts analyst. En quoi cela consiste exactement ?

Oui, effectivement, depuis mars 2021, je suis responsable de l’analyse des contrats, Lead contracts analyst en français. En théorie, il s’agit de traiter les données contenues dans les contrats pour le compte de nos clients et de les aider à exploiter ces données au maximum. On analyse les contrats, qui sont une matière non structurée, pour les transformer en données structurées.

D’un point de vue plus pratique, cela veut dire que les clients viennent vers nous avec des gros volumes de documents et qu’ils veulent savoir ce qu’ils contiennent. Pour certains, un gros volume, c’est 100 documents. Pour d’autres, c’est 20 000 documents. Chez Hyperlex, nous traitons les deux niveaux de volume.


👉 On vous recommande aussi : ECLM et technologie, le duo gagnant de votre gestion de contrat

Pourquoi le poste de Lead contracts analyst a-t-il été créé ?

Cette création de poste est née du constat que la reprise, c’est-à-dire la migration de données contractuelles, est extrêmement importante pour nos clients.

La reprise consiste à prendre un stock de contrats existants et à le migrer dans Hyperlex pour que la solution soit fonctionnelle dès le premier jour où nos clients utilisent la plateforme.

Quand je suis arrivé chez Hyperlex, la reprise était intégrée dans le projet global. Et puis, on s’est aperçu que les clients y accordaient beaucoup d’importance , donc on a développé nos propres outils pour le faire. Ça a été une première marche.

Et puis, on a mis en place des process de plus en plus structurés. Ça a été une deuxième marche. La troisième marche, ça a été de dire qu’en fait, cette migration des données contractuelles que l’on propose est une activité à part entière qui n’est pas forcément liée au paramétrage de l’outil. Donc, il faut qu’on la comprenne mieux.

Il faut qu’on l’optimise pour être encore plus rapide, encore plus efficace et donner encore plus de valeur à nos clients. Et donc, nous avons créé un pôle séparé pour pouvoir mieux mesurer cette activité, et l’améliorer !

👉 A télécharger : Construire une base de données contractuelle clé en main grâce à la migration des données contractuelles

Quel est le rayon d’actions de l’équipe de Contracts Analysts ?

D’abord, la migration de données. Les clients viennent vers nous avec des gros volumes de contrats qu’ils souhaitent mettre dans Hyperlex pour pouvoir exploiter la solution à partir du 1er jour.

💡 Le saviez-vous ? La reprise de votre historique contractuel désigne la phase au cours de laquelle notre technologie retranscrit les éléments juridiques et financiers de vos documents au sein d’Hyperlex. Oui mais, quel est l’intérêt ? Vous restituer une base de données contractuelle clé en main directement exploitable ! Grâce à notre intelligence artificielle propriétaire, cette étape essentielle prend 6 fois moins de temps que si vous deviez vous-même saisir à la main les informations contenues dans tous vos documents. Plutôt pratique, non ?

Le deuxième point, c’est réaliser des analyses de conformité, que ce soit la conformité réglementaire ou une conformité à des standards. Par exemple, pour une grande entreprise d’assurance, nous sommes en train d’analyser la structuration et la configuration des conditions générales de certains contrats, pour les aider à construire ce qui sera le nouveau contrat standard. Mais cela pourrait être aussi des analyses de conformité par rapport à une règle, par exemple. Aujourd’hui, c’est un peu dépassé, mais si on voulait connaître tous les contrats qui contiennent une clause de protection des données, on serait en mesure de réaliser ce travail.

Le troisième point, c’est l’audit/la due diligence. C’est le cas dans lequel le client nous sollicite car il a besoin, de manière très ponctuelle, de savoir si, dans un lot de contrats donnés figure ou ne figure pas un tel ensemble d’éléments. Donc, généralement, la clause de changement de contrôle, la clause de force majeure, le nom des parties, les dates importantes et tout ce dont on a besoin pour faire un audit.

 

Avec qui l’équipe de Contracts analyst travaille-t-elle au quotidien ?

Avec tout le monde ! Je suis en interaction avec le client, mais toujours avec l’accompagnement du Customer Success.

Je suis aussi en interaction avec l’équipe Machine Learning qui me fournit les outils d’intelligence artificielle pour améliorer les performances de mon pôle, pour trouver des nouvelles manières de faire qui nous permettent d’être encore plus efficaces.

Enfin, je travaille avec l’équipe tech, donc à la fois les développeurs front-end (toute la partie visible de la solution Hyperlex) et back-end (l’arrière-cuisine de la solution). On a développé nos propres outils pour faire ces travaux de reprise de l’historique contractuel. Je collabore avec eux pour développer de nouvelles fonctionnalités, pour suivre les quelques petits bugs qui pourraient survenir, ou pour tout autre besoin lié au produit.
 
 
👉 A lire aussi : Dans les coulisses d’une LegalTech, les développeurs front-end, architectes de la plateforme 

Une victoire, c’est quand un client te dit… ?

Une victoire, c’est quand le client revient vers nous, après qu’on ait travaillé et intégré sa donnée, pour nous dire : “je me rends compte qu’on n’aurait jamais pu faire ça seuls.” Voilà ce qu’est vraiment la raison d’être de notre notre activité !

J’ai deux exemples qui me viennent en tête. Le premier, c’est pour un éditeur de logiciels. Notre client nous a dit récemment qu’il avait pris conscience de la mesure du travail de reprise, et que récemment, il s’était dit “quand même, quel boulot ! Heureusement qu’on l’a fait faire par Hyperlex”.

Le deuxième exemple, c’est quand on a mené des audits pour un cabinet d’avocats. Le client est revenu vers nous en disant deux choses. La première : “Merci. Parce que vous nous avez vraiment aidés à aller beaucoup plus vite et à extraire beaucoup de données, ce que l’on n’aurait pas été en mesure de faire sans recruter une armée de stagiaires”.

Et le deuxième : “quand on a compris ce que votre outil était capable de produire comme analyse, et qu’il transforme totalement notre métier, on se dit qu’on ne referait pas le même audit de la même manière… Parce que ce qui est intéressant, c’est de pouvoir donner des très grandes tendances, avec votre outil, et charge à nous, avocats, de rentrer dans le détail !

Ça, c’est du vécu. Et quand les avocats viennent nous voir pour nous dire ces mots, c’est extrêmement précieux.
 
👉 A lire aussi : le témoignage de Trace One, client Hyperlex
 

Quel est ton conseil pour les professionnels du droit qui envisagent un projet de digitalisation de leur métier cette année ?

Transformer leur vision du métier du droit pour y ajouter une notion de données. Le contrat, c’est de la donnée transformée pour se conformer à des éléments juridiques.

Et donc c’est extrêmement intéressant quand un client vient nous voir et qu’il a réussi à transformer sa vision pour se dire : “ce qui m’intéresse, c’est d’avoir des raisonnements statistiques, des analyses de risques quantifiés, parce que j’ai envie de comprendre les risques pour mieux les maîtriser. Et donc, je vais, grâce à Hyperlex, m’intéresser aux grandes masses, puis me concentrer sur les points de détails issus de ces grandes masses”.

Si en tant que juriste, je suis capable de dire qu’il y a 20% des contrats qui contiennent une clause de changement de contrôle par exemple, je suis concentré sur mon analyse. Cette analyse statistique n’est pas du tout intuitive quand on a fait une fac de droit, j’en suis le premier témoin. En fait, dans l’entreprise, cette vision statistique apporte énormément ; elle permet au juriste de parler le langage du business.

Et c’est ce qu’on attend de lui, de parler avec des chiffres, avec des éléments quantifiés. Et c’est ce que l’on ambitionne, et ce qu’on fait tous les jours chez Hyperlex !

 

Vous souhaitez contacter notre équipe ?
Je contacte Hyperlex

 

A lire aussi :
Les KPI : nouvel atout des directions juridiques
Solution de Contract Management : comment réussir l’adoption ?
Un prix pour récompenser la collaboration juridique